La transmission des contes:

 

bluehydrangeaflowercloseupphotography.jpg

 

 

La transmission des contes

La transmission des contes se fait de manière orale, c’est-à-dire de bouche à oreille. Le conte traverse ainsi les siècles par l’intermédiaire de la mémoire des hommes, plutôt que par celle des livres. Ceci a pour conséquence qu’un conte diffère selon les époques et les pays: une même histoire possède ainsi un nombre important de variantes. On arrive à distinguer l’unité d’une histoire, derrière la multiplicité de ses variantes, par l’intermédiaire de la notion ethnographique de conte-type, qui définit une trame narrative par rapport à son contenu et à sa structure.

Cette trame narrative est soumise aux aléas de l’histoire de sa transmission, qui passe par la mémoire et l’imagination des conteurs. Ces derniers peuvent privilégier certains épisodes, en transformer d’autres, rajouter des détails descriptifs en fonction du public, de l’heure et du lieu. Souvent, le répertoire est connu de l’auditoire, et ses réactions exercent une influence sur le cours du récit. La connaissance de l’intrigue ne nuit néanmoins pas à la fascination exercée par le récit. Le conte est avant tout la rencontre d’un conteur, d’un auditoire, d’une histoire, d’un lieu et d’un moment. On pourrait ainsi presque dire qu’il y a autant de versions d’un même conte-type que de séances de contes. En ceci, le conte peut être compris comme une sorte de performance, d’évènement unique qui ne saurait se renouveler deux fois de la même manière.

Hérité de la tradition orale, un conte ne se transmet pas de manière immuable, et est souvent sujet à de nombreuses modifications, permettant la naissance de nouveaux contes, mais provoquant également la disparition d’anciens récits qui tombent dans l’oubli. Un conte disparait quand les conteurs se sont trop éloignés de la trame narrative commune, et que celle-ci est oubliée. A l’inverse, si un conteur modifie tant une histoire qu’elle en devient méconnaissable, on peut alors dire qu’un nouveau conte est né. Sa vie est parfois de courte durée, l’intérêt pris pour le récit étant conditionné par les réactions de l’auditoire, et les « mauvaises » histoires étant rapidement oubliées. Au fil des siècles, la mémoire des hommes opère ainsi une longue décantation du répertoire commun, ce qui explique que l’on retrouve souvent les mêmes récits, considérés comme les meilleurs par la communauté qui les véhicule.

De nos jours, le conte est moins issu d’une transmission orale que d’une tradition écrite. Il est donc plus souvent le fruit d’une création individuelle que d’une tradition collective.

 

 

Source : Wikipédia 



Laisser un commentaire

Documentaires gratuit pour ... |
collegepilote |
Exercices logistiques |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DRAGONS REPTILES
| magical doremi
| sciences physiques programm...